Votre bureau de certification et de mise en conformité sur les 12 départements de la Nouvelle Aquitaine

Vérifications des grues

Contrôle Règlementaire des Grues Auxiliaires, des Grues Mobiles et des Grues à Tour.

  • Le vérificateur doit avoir à sa disposition, les éléments suivants :
    • Manuel d’utilisation de l’appareil
    • Certificat de conformité
    • Carnet de maintenance
    • Rapports des vérifications précédentes.

    Nos prestations

    Vérifications générales périodiques VGP
    ➢ Examen de l’état de conservation (article 9)
    Cet examen doit être réalisé rigoureusement. La réglementation précise que cet examen est limité aux parties visuellement accessibles, soit directement, soit par simple démontage des carters de protection. Celui-ci consiste à vérifier le groupe de puissance, châssis, transmission, train porteur, poste de conduite et les dispositifs réglementaires.
    ➢ Essai de fonctionnement (article 6b et 6c)
    Cet essai consiste à vérifier le bon fonctionnement du freinage, de la direction, des équipements de travail, des dispositifs de sécurité. Si l’appareil est équipé pour le levage, le vérificateur doit réaliser un essai de charge afin de s’assurer du bon fonctionnement et de son bon réglage.
    Vérifications générales pour Mise ou remise en service dans l’établissement :
    ➢ Examen d’adéquation (article 5-1)
    On entend par examen d’adéquation d’un appareil de levage l’examen qui consiste à vérifier qu’il est approprié aux travaux que l’utilisateur prévoit d’effectuer ainsi qu’aux risques auxquels les travailleurs sont exposés et que les opérations prévues sont compatibles avec les conditions d’utilisation de l’appareil définies par le fabricant.
    ➢ Examen de l’état de conservation (article 9)
    Cet examen doit être réalisé rigoureusement. La réglementation précise que cet examen est limité aux parties visuellement accessibles, soit directement, soit par simple démontage des carters de protection. Celui-ci consiste à vérifier le groupe de puissance, châssis, transmission, train porteur, poste de conduite et les dispositifs réglementaires.
    ➢ Essai de fonctionnement (article 6b et 6c)
    Cet essai consiste à vérifier le bon fonctionnement du freinage, de la direction, des équipements de travail, des dispositifs de sécurité. Si l’appareil est équipé pour le levage, le vérificateur doit réaliser un essai de charge afin de s’assurer du bon fonctionnement et de son bon réglage.
    ➢ Épreuve statique (article 10)
    Cette épreuve consiste à vérifier la capacité de l’appareil à maintenir sa charge maximale de levage multiplié par un coefficient pendant une durée déterminée.
    ➢ Épreuve dynamique (article 11) Cette épreuve consiste à manœuvrer l’appareil avec sa charge maximal d’utilisation multipliée par un coefficient. Celle-ci a pour but d’amener la charge dans toutes les positions qu’elle peut occuper de façon à solliciter l’appareil dans les conditions les plus défavorables.
    Catégories de contrôle des Engins TP
    Les engins TP sont classés en 2 catégories :
    ➢ 1er catégorie : Appareil équipé pour le levage (VGP tous les 6 mois)
    ➢ 2eme catégorie : Appareil non équipé pour le levage (VGP une fois par an)
    • Catégorie 1 (Petits engins de chantier)
    • Catégorie 2 (Pelles et engins de fondations)
    • Catégorie 3 (Bouteur)
    • Catégorie 4 (Chargeuse)
    • Catégorie 5 (Finisseur)
    • Catégorie 6 (Niveleuse)
    • Catégorie 7 (Compacteur)
    • Catégorie 8 (Tracteur agricole > 50 cv)
    • Catégorie 9 (Chariot élévateur de chantier)
  • Vérification générales périodiques
    ➢ Examen de l’état de conservation (article 9)
    Cet examen consiste à déceler toute détérioration de l’ensemble des éléments composant la grue auxiliaire (structure, fixations, circuit hydraulique…), s’assurer de la présence des consignes de sécurité obligatoire et la vérification du poste de commande.
    ➢ Essai de fonctionnement (article 6b et 6c)
    Les essais ont pour but de s’assurer du bon fonctionnement d’utilisation de la grue, les mouvements se font normalement, sans à-coup et aux vitesses définies par le constructeur. Un essai de maintien de charge permet de s’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de sécurité mais aussi de vérifier l’étanchéité du circuit hydraulique et la stabilité de l’appareil.
    Vérification pour Mise ou remise en service dans l’établissement :
    ➢ Examen d’adéquation (article 5-1)
    Cet examen consiste à vérifier que la grue est adaptée aux travaux de manutention à réaliser, celui-ci est réaliser sur la base d’un écrit établit par l’utilisateur.
    ➢ Examen de l’état de conservation (article 9).
    Cet examen consiste à déceler toute détérioration de l’ensemble des éléments composant la grue auxiliaire (structure, fixations, circuit hydraulique…), s’assurer de la présence des consignes de sécurité obligatoire et la vérification du poste de commande.
    ➢ Essai de fonctionnement (article 6b et 6c)
    Les essais ont pour but de s’assurer du bon fonctionnement d’utilisation de la grue, les mouvements se font normalement, sans à-coup et aux vitesses définies par le constructeur. Un essai de maintien de charge permet de s’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de sécurité mais aussi de vérifier l’étanchéité du circuit hydraulique et la stabilité de l’appareil.
    ➢ Épreuve statique (article 10)
    L’épreuve statique consiste à faire supporter à la grue sa charge maximale d’utilisation multipliée par un coefficient d’essai, pendant une durée déterminée. Si le fabricant n’impose pas de critères spécifiés alors le vérificateur se base à la réglementation de la norme européenne qui est un coefficient 1.25 et la durée 1heure. Le but de cette épreuve est de s’assurer de la résistance mécanique des éléments porteurs mais aussi qu’il n’y a aucun défaut de déformation sur l’appareil.
    ➢ Épreuve dynamique (article 11)
    L’épreuve dynamique consiste à faire fonctionner l’appareil avec sa charge maximale d’utilisation multipliée par un coefficient est par défaut 1.1 en amenant sa charge dans toutes les positions qu’elle peut occuper. L’épreuve a pour but de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil et de ses différents dispositifs et sa stabilité.
  • La règlementation : Vérifications périodiques
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) :
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) :
    Elles visent l’utilisation de l’engin donc relèvent de la responsabilité de l’entreprise utilisatrice :
    • Elles sont à réaliser tous les 6 mois,
    • Elles comportent des vérifications destinées à s’assurer du bon fonctionnement de la grue et de son état de conservation, 
    Chaque vérification fait l’objet :
    • D’un examen de l’état de conservation.
    • D’une mise à l’épreuve statique et dynamique.
    • D’essais de fonctionnement.
    Vérification de remise en service
    Cette vérification a pour objet de s’assurer de l’absence de toute défectuosité susceptible d’être à l’origine de situations dangereuses.
    Il est nécessaire d’effectuer une remise en service :
    • À la suite d’un démontage suivi d’un remontage de l’appareil de levage.
    • Après tout remplacement, réparation ou transformation importante concernant l’appareil de levage.
    • À la suite de tout accident provoqué par la défaillance d’un organe essentiel de l’appareil de levage.
    • En cas de perte du carnet de maintenance
    Ces contrôles permettent de s'assurer:
    • que l'installation est conforme à la reglementation (distances de sécurité, balisage), 
    • de son état de conservation dans le temps (charpente, fuites d'huile, crochet)
    • de l'usure des câbles, 
    • du fonctionnement des sécurités (limiteurs de course et de charge),
    • de la présence des accessoires obligatoires (extincteur, anémomètre, plaque de consigne et de charges, boîtiers indicateurs) 
    • que les protections contre les chutes de hauteur sont bien en place (garde-corps, echelles munies de crinolines). 
    La périodicité de ces vérifications:
    • après chaque montage sur un chantier, 
    • tous les ans pour les grues en poste fixe (grues de parc, chantiers de longue durée), 
    • après une réparation d'un organe essentiel (soudure d'un élément de charpente), 
    • après une modification (télescopage, rallongement ou raccourcissement de la flèche), 
    • au moins tous les 6 mois pour les GMA sur vérins se déplaçants fréquemment. 
    Les essais dynamiques et statiques :
    les essais dynamiques consistent à vérifier: 
    • le bon fonctionnement des limiteurs de course (levage, distribution, orientation, translation) 
    • le réglage du limiteur de moment conformément à la notice du fabricant de la grue, il doit empêcher de lever et de distribuer une charge supérieure à celle permise par la grue. Il se règle et se teste avec une surcharge de 10%. 
    • le réglage du limiteur de charge maxi, il doit empêcher de lever une charge supérieure à celle prévue par le fabricant et de limiter en petite vitesse le levage des charges supérieures à 50% de la charge maxi de la grue. Comme le limiteur de moment il se règle avec 10%. 
    • la bonne tenue du frein de levage qui est réglé pour tenir la charge maxi de la grue + 25%. 
    Les essais statiques servent à contrôler la déformation de la charpente en laissant suspendu à environ 1 mètre du sol la charge maxi à la portée considéré + 33%, certains vérificateurs continuent de laisser cette charge suspendue à la grue pendant 1 heure. Après ce temps, si la charge s'est rapprochée du sol il y a un défaut quelque part. 
    Le rapport de vérification.
    Le vérificateur notera sur un rapport provisoire toutes les observations qu'il a pu constater pendant la visite qui nécessitent une réparation, un réglage ou un contrôle plus approfondi. Ce rapport provisoire est remis au responsable du chantier qui en prends connaissance et devra entreprendre rapidement les mesures nécessaires pour remédier à toutes les observations mentionnées. 
    Il arrive que certains rapports comportent des réserves sur l'utilisation de la grue si celle-ci est en très mauvais état. Lorsque les réparations sont effectuées, il est possible de faire revenir le vérificateur pour une "levée de réserve". 
    Tous les grutiers sont en droit de demander à consulter ce rapport s’ils n’ont pas pu assister à la vérification ou pour s'assurer que la grue est conforme.   
    La vérification approfondie
    Arrêté du 3 mars 2004 relatif aux examens approfondis des grues à tour
    Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité et le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales, 
    Vu la directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d'information dans le domaine des normes et réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l'information, et notamment la notification n° 2003/0261/F ; 
    Vu le code du travail, et notamment ses articles L. 620-6, R. 233-11 ; 
    Vu l'avis du Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels, commission spécialisée n° 3 ; 
    Vu l'avis de la Commission nationale d'hygiène et de sécurité du travail en agriculture, 
    Article 1 
    Le présent arrêté détermine pour les grues à tour le contenu et la périodicité des examens approfondis de l'état de conservation qui doivent être effectués en complément des vérifications de bon état de conservation prescrites par l'arrêté du 1er mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage pris en application de l'article R. 233-11 du code du travail. Il précise, en outre, la nature des informations et des résultats qui doivent être reportés sur le carnet de maintenance établi et tenu à jour par le chef d'établissement, conformément à l'article R. 233-12 du code du travail dans les conditions fixées par l'arrêté du 2 mars 2004. 
    Article 2 
    On entend par " examen approfondi de l'état de conservation d'une grue à tour " l'examen qui a pour objet de vérifier le bon état de conservation de son ossature et de tous ses éléments essentiels, y compris ceux dont l'état ne peut être constaté qu'après démontage. 
    Il doit permettre, en particulier, après démontage des parties essentielles de la grue à tour, de déceler toutes défaillances susceptibles de survenir du fait de leur degré d'usure ou de leur fatigue excessive et d'entraîner des accidents de personnes. 
    Article 3 
    Cet examen doit être réalisé sous le contrôle d'un technicien hautement qualifié possédant la compétence et les connaissances nécessaires pour apprécier et prescrire, après les démontages nécessaires, le remplacement des pièces qui sont de nature à générer toute défaillance inopinée de l'appareil, d'en surveiller le remontage et d'en permettre la remise en service après une vérification lui permettant de s'assurer expérimentalement de leur bon fonctionnement sous charges d'épreuves statique et dynamique. 
    Cette vérification avant remise en service exonère l'utilisateur de l'exécution des épreuves statique et dynamique respectivement prévues aux d et e de l'article 19 de l'arrêté du 1er mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage, lors des vérifications de remise en service prescrites aux c et d de l'article 20 de ce même arrêté, à condition que la date de cet examen approfondi et le résultat des mesures faites soient reportés sur le registre de sécurité avec la conclusion de la vérification prescrite aux a et b de l'article 20 de l'arrêté précité. 
    Article 4 
    A la suite de l'examen approfondi doivent être consignées, sur le carnet de maintenance, les mentions suivantes : 
    - le nom, la qualité et l'appartenance des personnes qui l'ont effectué ; 
    - la date de l'examen ; 
    - la nature des opérations effectuées, les références des éléments de la grue à tour qui ont fait l'objet de réparations ou de remplacement ; 
    - les références d'un éventuel rapport d'intervention ; 
    - la date prévue pour le prochain examen approfondi. 
    Article 5 
    Les grues à tour visées par l'article 1er du présent arrêté doivent faire l'objet au moins tous les cinq ans d'un examen approfondi des éléments essentiels visés à l'article 6, à moins que la nature et les résultats des examens approfondis, réalisés selon les instructions du fabricant et la périodicité que ce dernier a définie, ne figurent dans le carnet de maintenance. 
    Article 6 
    Les éléments essentiels devant faire l'objet de l'examen approfondi défini à l'article 2 du présent arrêté sont les suivants : 
    - la structure et ses organes d'assemblage (pièces d'éclissage, fixation de la couronne d'orientation) ; 
    - les mécanismes de treuil (levage, direction et dispositifs de commande) ; 
    - les mécanismes de translation et dispositifs d'ancrage ; 
    - les mécanismes d'orientation et de mise en girouette ; 
    - les crochets, moufles et chariots ; 
    - l'ensemble des câbles et de leurs fixations ; 
    - les dispositifs de sécurité tels que les indicateurs et limiteurs. 
    Article 7 
    Les dispositions du présent arrêté entrent en application un an après sa date de publication au Journal officiel de la République française. 
  • GMA : grue à montage automatisé. La rotation s'effectue à la base.
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 180 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 150 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    Elles sont reconnaissables par le fait : 
    • Qu’elles sont dépourvues de contre flèche, 
    • la rotation se fait en dessous du mât, au-dessus du châssis fixe, 
    • la totalité du lestage se trouve en bas sur le châssis, 
    • la conduite de la grue s'effectue soit à partir de la cabine quand celle-ci en est équipée, soit à partir du sol, grâce à une télécommande à fil ou une radiocommande, 
    GTMR (Grue à Tour à Montage Rapide). Gammes de GMA pouvant avoir 50m de flèche, une hauteur sous crochet de 35m et une capacité de levage de 10t
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 160 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 120 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    GME : grue à montage par éléments. La rotation s'effectue en partie haute.
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 160 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 110 € 
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    GME sans tirant : (dépourvues de tirants et de porte-flèches.)
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 150 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 100 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    GME :  grues à flèche relevable et articulée : elles ne possèdent pas de chariot, le câble de levage est toujours en bout de flèche, la contre flèche est plus courte qu'une GME à flèche horizontale.
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 170 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 120 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    GME à flèche coulissante : permettent d'allonger ou de raccourcir la flèche pendant la journée de travail en fonction des besoins
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 170 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 120 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    GME auto déplaçable : équipées d'un châssis spécial sous lequel un engin à chenilles va se placer, il va soulever la grue entière afin de la déplacer vers un autre emplacement
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 190 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 150 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif
    Grues mobiles
    (AT : automotrices. ï  ATT : automotrices tout terrain. ï  SP : sur porteur)
    Flèche télescopique
    Flèche treillis
    • La vérification de remise en service (Art R. 233-11-2. du code du Travail) : 190 €
    • La vérification générale périodique (Art R. 233-11 du code du Travail) : 150 €
    • Contre-visite : 50 % du tarif

    Grue auxiliaire de chargement

    Catégories de contrôle des Grues Auxiliaires
    Il existe deux types de grues auxiliaires : les grues arrières cabines et les grues arrières plateaux qui se différencie par leurs utilisations.
    Périodicité de contrôle des Grues Auxilaires
    La vérification générale périodique des grues auxiliaires doit avoir lieu tous les 6 mois, telle que définie dans l’arrêté du 1er mars 2004.
    Le vérificateur doit avoir à sa disposition, les éléments suivants :
    • Manuel d’utilisation de la grue
    • Certificat de conformité
    • Carnet de maintenance
    • Rapports des vérifications précédentes.

Imprimer E-mail

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD